Question écrite n° 11741 de Mme Anne-Laure Cattelot

Question écrite n° 11741 de Mme Anne-Laure Cattelot

Publiée le 14 août 2018

Rubrique : Enseignement

Titre : Rémunération des professeurs en milieu rural.

Mme Anne-Laure Cattelot attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur les primes sur salaires accordées aux enseignants exerçant en réseaux d’éducation prioritaire. En effet, ces primes qui relèvent de principes de l’éducation prioritaire, encouragent les professeurs des écoles à s’engager pour répondre aux besoins spécifiques des élèves scolarisés dans ces territoires, s’adapter à leurs difficultés et faire preuve de pratiques pédagogiques innovantes. L’article L. 111.1 du code de l’éducation « reconnaît que tous les enfants partagent la capacité d’apprendre et de progresser. [Le service public] veille à l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction ». Ces primes permettent une juste rémunération et constituent un encouragement pour les enseignants dévoués face à des élèves qui ont particulièrement besoin d’encadrement et de suivi. Toutefois, dans une approche de cohésion territoriale et donc d’action publique renforcée en faveur des territoires dit « fragiles », il serait opportun d’appliquer les mêmes mesures en faveur des enseignants dans les territoires ruraux. Le dispositif de prime pourrait récompenser le mérite des professeurs de classes multiniveaux, voire de classe unique CP-CM2. En France, les classes multiniveaux concernent 49% des écoliers de l’école publique, impactant 75 % des élèves ruraux contre 40 % des élèves urbains, ce qui illustre l’inégalité entre les écoles rurales et urbaines. La députée rappelle que la circonscription dans laquelle elle est élue, essentiellement rurale, connaît un grand nombre d’écoles élémentaires où coexistent, dans la même classe, les cinq niveaux, du CP au CM2. Ces classes uniques induisent des contraintes spécifiques pour les professeurs qui gèrent un groupe d’élèves important (jusqu’à 30 élèves) et hétérogène : différenciation des programmes, pédagogie active, projets coopératifs sur le long terme, apprentissage des pratiques de travail autonome, coopération à distance avec les homologues des professeurs. En conséquence, et au regard des efforts et du mérite des professeurs des écoles de ces villages, elle le sollicite afin d’élargir cette prime sur les salaires des enseignants à ceux des territoires ruraux, passionnés et qui méritent d’être rémunérés pour leur adaptabilité et autonomie. Cela permettrait de mettre fin à la rupture d’égalité entre les classes et les territoires de la République.

Entrez votre recherche