Question écrite n° 11873 de Mme Anne-Laure Cattelot

Question écrite n° 11873 de Mme Anne-Laure Cattelot

Publiée le 28 août 2018

Rubrique : Transport routier

Titre : Fluidifier le réseau autoroutier

Mme Anne-Laure Cattelot interroge Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur les solutions de fluidification du réseau autoroutier. Les embouteillages sur les autoroutes françaises sont monnaie courante notamment aux abords des métropoles et dans les territoires transfrontaliers comme le département du Nord. Un conflit d’usage est constaté entre les habitants périurbains et ruraux qui rejoignent les métropoles pour leur activité professionnelle, le transit routier vers le reste de la France et les territoires transfrontaliers, les habitants transfrontaliers et les touristes. Une thrombose se forme ainsi systématiquement sur les principaux axes du département. Les embouteillages de la sorte coûtent, à l’heure actuelle, à la France plus de 17 milliards d’euros par an et pourrait coûter jusqu’à 22 milliards d’euros en 2030. Le manque de fluidité des autoroutes est un problème partagé par plusieurs autres États et notamment la Belgique. C’est pourquoi la région Flandre (Belgique) a mis en place un système d’utilisation des bandes d’arrêt d’urgence en cas de grande fréquentation de l’autoroute. Le ministre flamand de la mobilité, Ben Weyts a indiqué qu’il prévoyait de consacrer 64 millions d’euros pour la mise en place du dispositif (marquage au sol, nouvel asphaltage, et élargissement de ponts par exemple). Ainsi, au regard des conséquences tant au niveau écologique que financier que les embouteillages engendrent, il demande s’il pourrait pouvoir appliquer le même genre de mesure que la Belgique pour les autoroutes françaises. Il demande également, quels moyens il pourrait mettre en place pour réduire les trop nombreux embouteillages présents sur le territoire et notamment dans les zones transfrontalières.

 

Entrez votre recherche